samedi 29 août 2015

La vie ne tient qu'à un fil

La littérature de SF recèle mille et un trésors dont le bijou qu'est ce roman. J'ai longuement hésité avant d'écrire mon ressenti sans dévoiler la quintessence de l'histoire... Qu'il est difficile de trouver les mots justes sans déflorer le plaisir de la découverte du lecteur, aussi tenterai-je de ne point trop en raconter tout en souhaitant donner l'envie de plonger dans l'univers étonnant « Des milliards de tapis de cheveux ».

L'Empire est infini, l'Empire est une vaste étendue de galaxies peuplées de mondes inimaginables. L'Empereur serait immortel, depuis plus de cent mille ans, il règne sur ses mondes. Il converse avec le bibliothécaire, gardien de l'Histoire de l'Empire : dans le dédale des Archives se nichent les petits riens et les grandes choses réalisés par les monarques omnipotents et omniscients.

Quelque part dans une lointaine galaxie... non, ce n'est pas Star Wars.... donc dans une lointaine galaxie, Gheera, une planète, balayée par les vents, rabotée la sécheresse, sur laquelle les hommes vivent tant bien que mal. Parmi eux, une Guilde, celle des Tisseurs. Depuis la nuit des Temps, de père en fils, les Tisseurs réalisent un seul et unique chef d'oeuvre : leur tapis de cheveux, l'oeuvre d'une vie. Ils peuvent avoir plusieurs épouses, des filles mais un seul et unique fils. L'angoisse est indicible lors de la grossesse des épouses : fille, l'enfant vit, garçon, l'enfant meurt. Les épouses comme les filles, lorsqu'elles se brossent, laissent tomber quelques cheveux que ramasse précieusement le Tisseur. Le cheveu doit être souple, résistant et long. Une épouse ou une fille au cheveu sec et cassant devient un calvaire pour le tisseur qui ne peut achever dans les temps, celui de sa vie, SON œuvre. Cette œuvre qui est le paiement de la dette contractée envers le père et une offrande, un hommage, pour l'Empereur, leur père à tous.
Le marchand de tapis de cheveux verse une somme énorme pour le tapis, somme qui permettra au fils de vivre aisément et de se vouer au tissage de son tapis et au maintien des traditions.
C'est alors que d'étranges rumeurs bruissent, murmurant la chute de l'Empire...

« Des milliards de tapis de cheveux » est un écheveau qui déroule son fil sur les nœuds de l'histoire. Chaque nœud, autrement dit chaque chapitre, apporte un élément qui tissera un motif de la fresque romanesque. L'écriture est habile, l'orchestration irréprochable et l'attention du lecteur est captée avec art. Il s'interroge sans cesse sur l'usage des tapis par l'Empereur : orne-t-il les murs de son merveilleux palais-planète ? Où partent les vaisseaux impériaux remplis de montagnes de tapis de cheveux ?
Les « noeuds » sont les points de départ des motifs qui, une fois réalisés, dévoilent le dessin initial, complexe et simple à la fois. Peu à peu, le lecteur perçoit une cohérence dans les infimes informations distillées par l'auteur. Le récit devient pure magie à l'image de la tapisserie achevée.

Le lecteur pressent le drame de la finalité des tapis de cheveux, drame atténué ou amplifié, selon les sentiments éprouvés, par la chute de l'histoire quand le mystère de l'utilisation des tapis de cheveux est levé.

Même achevé, le tapis qu'est le récit ne serait rien sans les Archives qui n'ont libéré qu'une infime partie de l'histoire de l'Empire, le mystère révélé des tapis de cheveux n'est qu'une risée à la surface de l'empire inter-galactique.


Le lecteur referme le roman, heureux d'avoir vécu un moment hors du temps grâce à une histoire menée de main de maître par un auteur pensant son histoire comme un puzzle ou une tapisserie complexe. En un mot comme en mille, le lecteur sort conquis de sa lecture et ravi des émotions qu'elle a suscitées de la première à la dernière phrase.

Ils en parlent aussi:


4 commentaires:

rachel a dit…

et bin deja l'histoire semble passionnante....toute une bien belle intrigue basee sur les livres c genial...cela donne envie...

Chez Sentinelle a dit…

Merci beaucoup pour le lien ! Un roman à conseiller même à ceux qui n'apprécient pas trop la SF. J'ai lu depuis lors un autre roman du même auteur, Maître de la matière. Assez différent dans le genre mais j'ai apprécié également la lecture. J'en lirai donc encore d'autres :-)

urgonthe a dit…

Livre souvent cité chez les amateurs de SF. Le titre m'a toujours attirée, ton billet m'a conquise !

Katell a dit…

Alors ne pas hésiter à plonger dans cette lecture passionnante!