jeudi 15 avril 2021

I love you so mochi

 


Kimiko
, lycéenne californienne d'origine japonaise, prépare son entrée dans une université d'art réputée. Son avenir semble tout tracé, or elle ne parvient plus à peindre et a lâché son cours de peinture depuis plusieurs mois. Tout s'emballe quand sa mère apprend cela, Kimiko ne sait plus où elle en est et surtout ne sait plus vers quelle voie se diriger. Une seule certitude : elle adore la mode, dessiner des tenues, inventer des associations de tissus ; sa dernière œuvre ? Une robe réalisée à partir de papiers de bonbon pour une de ses meilleures, Bex.

Pour tenter de remettre de l'ordre dans sa vie d'adolescente, Kimiko accepte l'invitation de ses grands-parents maternels : les rejoindre pour les vacances de printemps.


Elle ne connaît ses grands-parents maternels que par photos interposées, sa mère les boudant depuis son mariage avec un japonais des Etats-Unis.

A peine arrivée à Kyoto, Kimiko se perd dans les allées d'un parc où les cerisiers en fleurs offrent un spectacle à couper le souffle. Elle admire le paysage et les tenues extravagantes des jeunes filles japonaises.

Au détour d'un stand de mochi, elle assiste à une danse originale : un mochi géant qui à force de se déhancher se retrouver les quatre fers en l'air. Ainsi, Kimiko fait-elle la connaissance d'Akira, neveu du fabricant de mochis.

Tout de suite, les jeunes gens se plaisent sans se le dire, ils flânent ensemble jusqu'à l'heure du départ du train amenant Kimiko chez ses grands-parents. Kimi donne son numéro de portable à Akira qui veut l'aider à trouver sa voie avant la fin des vacances.


Pendant deux semaines, Kimiko vit au rythme d'un Japon qui l'enchante et l'interpelle, au rythme des visites dans les lieux mythiques de l'ancienne capitale impériale, lieux qui mettent en ébullition sa créativité. Elle apprend à découvrir ses grands-parents, parvient à apprivoiser sa grand-mère au point qu'elles vont ensemble acheter tissus et matériel de couture dans les vieux quartiers de Kyoto. Sa grand-mère et elle ont un point commun : la couture et l'amour de la création de vêtements.


« I love you so mochi » est un roman d'apprentissage d'une agréable fraîcheur : on suit la jeune héroïne dans ses questionnements existentiels, dans sa quête de soi, dans l'éclosion d'un amour adolescent adorable. Avec elle, on s'extasie sur les cerisiers en fleurs, les maisons traditionnelles de Kyoto, les mets japonais, notamment les mochis, le quartier des « fantômes », le magasin de tissus extraordinaire tenu par une amie de son obaasan (mamie en japonais) ou encore la mercerie vieille de quatre cents ans présentant des épingles à tête en forme d'animal, de fleur ou de personnages des contes traditionnels.

Kimiko reviendra en Californie en sachant ce qu'elle souhaite faire et en apportant le renouveau des liens entre sa mère et ses grands-parents.

Avec douceur, Kimiko, grâce à la patience et l'amour d'Akira, brisera le cercle fatal de la peur de décevoir sa mère. Cette peur avait coupé les liens de sa mère avec ses parents, posant une chappe de plomb sur une partie des racines familiales.

Sarah Kuhn évoque, brièvement mais à point nommé, un volet de l'histoire américaine lors de la Seconde Guerre mondiale : après Pearl Harbour, la communauté japonaise installée depuis presque deux siècles en Californie, est spoliée de ses biens et internée dans des camps. Un épisode traumatisant pour une génération de Japonais américain et étouffé par la geste américaine.


J'ai apprécié « I love you so mochi » pour son thème sur l'adolescence qui se cherche, se questionne, se perd pour enfin se retrouver et prendre son envol. Mais aussi pour les saveurs du Japon traditionnel au cœur de Kyoto, notamment la démonstration de la fabrication des mochis.

Un roman très kawaï tout en étant sérieux dans les thématiques abordées : l'adolescence peut-elle être comme le mochi ? Acidulée et pleine de surprises ? Sans doute... certainement....

Traduit de l'anglais (USA) par Camille Cosson

Quelques avis:

Babelio  Sophie lit  Temps de mots  Galleane  Livrest-ce de la nuit  Comme dans un livre  Livraddict

Lu dans le cadre




1 commentaire:

rachel a dit…

oh tout un livre d'apprentissage....cela doit etre bien de partir avec Kimiko