mercredi 17 septembre 2008

La magie du lotus

Monsieur Lo est un pêcheur solitaire et pauvre, vivant sur sa vieille jonque. Cette année est pauvre en poisson et Monsieur Lo est triste, passant ses journées à attendre des poissons qui ne viennent pas. Un jour d'orage, une vieille femme lui demande de traverser le fleuve: Monsieur Lo n'hésite pas une seule seconde et lui rend ce service. Elle lui donne des graines en remerciement. Ces graines ne sont pas comme les autres graines: ce sont des graines venant de la gorge d'un dragon et possèdent de vertus magiques. Le soir venu, Monsieur Lo les sème avec délicatesse....De ces graines naît un splendide champ de lotus et l'un deux laisse échapper une douce mélodie "Lian, Lian, Lian". La fleur s'ouvre et une magnifique petite fille apparaît et virevolte dans les airs, un lotus magique dans la main. Lian transforme tout ce qu'elle touche en richesse et beauté: ainsi la jonque devient-elle un magnifique bateau rouge, les pauvres vêtements de Monsieur Lo des habits dignes d'un empereur, la misérable et chiche table un banquet des plus raffinés. Monsieur Lo est comblé: chaque jour, Lian lui offre de nombreux poissons charnus qu'il peut partager avec les villageois; chaque soir, Lian retourne dormir dans son lotus, à minuit . Un tel bonheur ne pouvait rester confidentiel....les prodiges de Lian parviennent aux oreilles de Tan, la fille du préfet, qui exige d'avoir Lian. Un soir, les gardes du préfet déboulent chez Monsieur Lo, le maltraitent, saccagent le champ de lotus et le bateau puis le font prisonnier: Monsieur Lo n'a pas voulu dire où se trouvait Lian. Cette dernière, à son réveil, ne peut que constater les dégâts. Une seule personne peut l'aider: la vieille femme de la montagne.
Lian parviendra-t-elle à sauver Monsieur Lo? Nous sommes dans un conte, dans le Merveilleux aussi l'issue ne peut être qu'heureuse pour Monsieur Lo et Lian. Quant à la fille du préfet, jeune fille capricieuse car affeusement gâtée, sa cupidité, son égoïsme et sa méchanceté on peut supposer, sans beaucoup se tromper, qu'elle ne goûtera pas longtemps aux dons extraordinaires de Lian.
"Lian" est un conte chinois traditionnel où la bonté, la solidarité, le partage sont des valeurs humaines essentielles, triomphant de l'égoïsme, de la cupidité et du pouvoir absolu exercé sans discernement. Le pot de terre ne se brise pas forcément au contact du pot de fer quant le coeur est pur. Il y a un peu de Pinocchio dans Lian: le charme se rompt sous la folie de Tan et Lian n'est plus le farfadet lumineux du lotus. Le quotidien reprend ses droits, le labeur rythme les heures mais la joie de vivre et d'aimer n'en est que décuplée!
Un conte qui ne peut que ravir petits et grands, servi par de très jolies illustrations rappelant les peintures traditionnelles, leurs personnages parfois stylisés, les mouvements déliés des pinceaux donnant vie aux scènes évoquées. L'encre de Chine magnifie les illustrations de Chen Jiang Hong et est un régal pour les yeux et une invitation à la rêverie poétique. "Lian" est une porte merveilleuse que l'enfant peut ouvrir afin de faire ses premiers pas dans La Grande Chine....une étape d'un long et splendide périple ("Dragon de feu", "Le prince tigre"...) au coeur des contes traditionnels, des mythes fondateurs de cette civilisation chinoise fascinante au plus haut point.

5 commentaires:

Mimienco a dit…

Très jolie critique! Ce conte semble très beau! Je le note!

Flo a dit…

Je note aussi !!

lamia a dit…

Ahhh, que j'aime ce livre!!! Et mes enfants aussi. Quelle superbe critique.

Gambadou a dit…

Oui, superbe critique, je note tout de suite

Katell a dit…

@toutes: merci pour vos gentils mots! Cet album m'a embarquée dans un beau voyage que j'ai partagé avec mes élèves de l'an dernier avec plaisir!