mardi 11 novembre 2008

Les gammes de la tendresse

Mélie est une adorable grand-mère de soixante-douze ans, dynamique, dotée d'un humour chaleureux et vivant seule à la campagne. Pour la première fois, Clara, sa petite fille vient passer les vacances d'été chez elle: un cadeau rayonnant et chatoyant pour Mélie obscurci par l'arrivée des résultats de ses examens médicaux. Mélie ne veut pas gâcher le séjour avec Clara et décide d'oublier la fameuse lettre du laboratoire au grand désespoir de son médecin traitant! Après tout, la vie est trop courte pour ne pas profiter pleinement des joies et des bonheurs qu'elle apporte et la venue de Clara mérite l'oubli d'un morceau de papier: Mélie n'est pas une adepte du mélodrame et préfère choisir la porte de la lumière plutôt que de sombrer dans l'angoisse stérile de l'incertitude de son futur.
Le lecteur, à sa suite, part donc à bord de sa vieille guimbarde dont elle provoque les pannes pour que son vieil ami Marcel, qui se languit dans sa maison de retraite, puisse venir retrouver l'atmosphère d'antan. D'ailleurs, pourquoi Marcel est-il toujours ravi de venir réparer les bidouilles de Mélie? Pourquoi semble-t-il toujours cacher ses regards tendres et timides à la fois?
Dans le sillage de Mélie, une galerie de personnages plus attachants les uns que les autres colorent le récit d'un été à la campagne, l'histoire de tranches de vies oscillant entre émotions et rires. On y rencontre un parrain, musicien aux côtés immatures émouvants, pas comme les autres qui adopte comme filleuls les enfants de ses aventures féminines, des grands-parents, ceux d'Antoine, caricatures d'une vieillesse que l'on fuit, sclérosante et sans espoir, attendant, prostrée, la fin et la délivrance, les errances sentimentales de Fanette, fille de Mélie et mère de Clara, qui finira par lui trouver un beau-père des plus inattendus, un médecin traitant un peu encombrant avec ses angoisses et son insupportable hypocondrie que l'on ne peut pas ne pas aimer, un père charchant l'oubli de la solitude affective dans le travail ou encore un aide-soignant aux accents sud-américains enchanteurs.
Le rythme est digne d'une comédie pétillante où les portes claquent sans arrêt marquant les rebondissements incessants. C'est la vie, celle de tous les jours, celle que l'on croise au quotidien, réunie par les personnages hauts en couleurs de Barbara Constantine. Le bonheur est tangible dans l'écriture virevoltante de l'auteur, un bonheur qui donne envie de croquer la vie sans se préoccuper des nuages un peu gris du décor: une mobylette d'âge canonique, une voiture poussive, un jardin regorgeant de souvenirs de tartes, de plats mijotés avec amour et tendresse, de sueurs estivales, d'arrosages espiègles, de petites bêtes et d'étoiles filantes, une cabane dans les arbres, les chemins oubliés parcourus à bicyclette (et l'on chantonne gaiement la chanson de Montand), un chaton trouvé dans un arbre ou la roulotte des rêves de vagabondages romantiques de ceux qui souhaitent la vie de Bohême ("L'amour est enfant de Bohême qui n'a jamais, jamais connu de loi...").
Comment résister à la tendresse infinie d'un amour révélé au crépuscule d'une vie, celui qui fait encore battre le coeur d'une jeunesse qui ne s'envole jamais, mais reste tapie jusqu'à ce qu'on lui laisse la liberté de ressurgir et d'illuminer le temps encore alloué! L'amour, tendresse immense, n'a pas d'âge et cela ravigore de l'entendre, de le lire et le relire: les rides ne sont pas de sillons stériles mais de subtiles vallées où murmurent, encore éblouies par tant de prodigalité, les sources timides que la mémoire fait à nouveau chanter...du coup, la peur de vieillir s'estompe et les barrières inivisibles des tabous de la bienséance éclatent dans un tonnerre d'émotions silencieuses (aaahhh les larmes de Marcel sont un miel rayonnant de bonheur enfin arrivé!).
Que dire encore de la complicité entre la grand-mère et sa petite-fille? Que Mélie souhaite offrir à Clara des souvenirs inaltérables qui l'accompagneront tout au long de sa vie, ces souvenirs de rires, de confidences, de moments privilégiés, de cueillettes au jardin, de confitures de prunes, de voyage imprévu, bref tous les petits riens qui remplissent l'âme et le coeur.
"A Mélie sans mélo" est un essai transformé par Barbara Constantine après "Allumer le chat": on y retrouve avec délice la verve de l'auteure dans laquelle la tendresse apparaît derrière chaque phrase. Barbara Constantine a le don de dresser des portraits d'une drôlerie incroyable dotés d'une intense sensibilité. La vie est une éternelle tendre comédie que traversent heureuses surprises et drames. Notre société moderne déroule ce qu'elle a de plus humain et de plus sensible le temps d'une histoire tendre, triste et drôle à la fois. Une belle lecture qui éloigne la morosité car on se sent si bien auprès de Mélie et de son petit coin de paradis....à bicyclette!





10 commentaires:

cathulu a dit…

Je confirme, un livre qui remonte le moral ! :)

maijo a dit…

Il est tout en haut de ma PAL!

Joelle a dit…

Je râle car ma biblio n'a aucun des livres de cette auteure ... il va falloir que je fasse une suggestion d'achat :)

Anonyme a dit…

J'aime Chaperlipopette quand vous ronronnez ainsi. Et je vous raconte pas Barbara...

C. Sauvage

http://dupartidesmyosotis.hautetfort.com a dit…

Je l'ai lu il y a peu et j'aime beaucoup ton avis.
(je suis rassurée que mon colis te soit enfin parvenu... Maintenant, je stresse que son contenu te plaise!)

Akä a dit…

Oups!

Madame Charlotte a dit…

un tag ? :-)
http://lectures.madamecharlotte.com/bibliofolle/?page_id=1433

Karine :) a dit…

Si ça remonte le moral, je vais finir par noter... I need it!

Katell a dit…

@cathulu: merci de contribuer à l'envie de se plonger dans cette lecture joyeuse!!
@maijo: j'attends ton avis avec impatience!
@joelle: mais qu'est-ce que c'est que cette bibliothèque ;-p As-tu essayé de l'emprunter via la bibliothèque départementale?
@c.sauvage: miaou ;-) Un vrai régal que ce deuxième roman! Tout en rondeur et poésie.
@akä: tu t'es démasquée ;-) Je comprends que tu sois soulagée...c'est toujours un peu éprouvant d'attendre les réactions de la swappée. Rassure-toi...ce fut une grande joie de déballer tout le colis et de respirer ces effluves annociatrices de belles dégustations!
@karine :) : oui il remonte le moral ce petit roman bleu!!! Ne pas hésiter lors de ta rencontre avec lui ;-)

chiffonnete a dit…

C'est une jolie lecture toute tendre pour les jours de grisaille! Un livre doudou quoi! J'ai vraiment bien aimé!