dimanche 8 novembre 2009

Des fils de vie



L'écriture de nouvelles est un art littéraire plus difficile qu'il ne paraît: l'exercice, qui consiste à dire beaucoup en peu de pages, peut souvent s'avérer périlleux. Je découvrais pour la première fois l'univers de la grande novelliste canadienne, Alice Munro, avec "Les Lunes de Jupiter", recueil de douze nouvelles, relativement longues, certes, et fortes d'une myriade de personnages virevoltant autour du thème principal de chacune d'entre elles, telles les satellites, les lunes, de la planète Jupiter.
Alice Munro installe son lecteur dans le monde délicieusement trouble des histoires de famille, au coeur des années 50, ces années d'après-guerre où le sombre lentement s'estompe. Au centre de ses histoires, délicatement tissées et à la trame parfois triste, on rencontre des femmesmarquées par la vie, les déceptions, les joies ou les peines. Elles sont jeunes ou moins jeunes, d'âge mûr ou au bord de la vieillesse. Toujours elles se racontent et narrent un quotidien qui tricote l'Histoire des hommes. Toujours elles portent la mémoire d'une époque, d'un temps sur le point de disparaître. Sous leur apparence fragile, souvent se révèle un caractère étonnant, celui de celles qui ne se laissent pas abattre par les circonstances, celui de celles qui trouve le courage de dire non et de partir presque à l'aventure, loin d'une vie dans laquelle elles s'enlisent. Elles rencontrent l'improbable, se racontent à une oreille presque inconnue, se livrent et se cachent en même temps. Parfois elles sont belles, parfois elles sont laides, souvent elles paraissent quelconques mais possèdent toujours une lumière intérieure qui appelle à la tendresse. Ces femmes côtoient leurs contraires et leurs jumelles, au risque de frôler l'intolérance de l'incompréhension....cependant la chaleur ténue d'une flamme est toujours au détour du chemin: entre les silences des fidèles rigoristes, penchées sur leur ouvrage d'aiguille au son du balncier d'une antique horloge, et les rires d'une kyrielles de tantes secouant les murs de la maison familiale, il y a l'épouse qui se lasse d'une indifférence maritale et s'exaspère de son sentiment d'infériorité, il y a le souvenir d'une relation amoureuse ou la vie chaotique d'une fille qui cherche sa voie.
"Les Lunes de Jupiter" est un recueil dont la lecture enchante tout en installant le lecteur dans une tendre mélancolie, celle des souvenirs de famille qui lentement remontent à la surface, souvenirs suscités par l'universalité des personnages et de leur histoire. L'écriture est belle, douce, rythmée par les couleurs sépias des années d'après-guerre, celles des remises en questions et des espoirs en les balbutiements de la naissance d'une nouvelle époque.
Alice Munro maîtrise avec brio cet art si difficile de la nouvelle et le plaisir de la lire est ineffable.

Nouvelles traduites de l'anglais (Canada) par Colette Tonge




L'avis de Médiapart

(photo de Jerry Bauer)


4 commentaires:

kathel a dit…

Si tu as aimé, tu peux foncer sur "Fugitives" ! Il est en poche, avec une très jolie couverture !

Malice a dit…

Je n'ai pas lu ce recueil mais il est exact, les nouvelles d'Alice Munro sont de petit bijoux splendides ;-)

mirontaine a dit…

Ces fils de vie m'interpellent, je note ce titre!

papillon a dit…

Je viens de lire Du côté de Castle Rock où elle raconte l'histoire de sa famille et ça m'a donné très envie de lire ses nouvelles parce que j'ai vraiment aimé sa plume.