mardi 23 décembre 2008

Histoire d'une violence ordinaire

C'est l'histoire d'une violence ordinaire, celle que l'on tait, celle que l'on cache, celle que l'on ne veut surtout ni voir ni entendre. C'est l'histoire d'une violence sourde qui se déroule, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, année après année, derrière la porte d'un appartement ou d'une maison ordinaire.
C'est l'histoire d'une famille déchirée par le manque de travail du père, le trop-plein de travail de la mère et les regards hagards des enfants. Les coups de gueule et de poings pleuvent pour un oui ou un non sur les maillons faibles de la famille: l'épouse et les enfants. La réalité de leur vie est loin de celle que l'on montre à longueur de temps dans les réclames à la télévision: non, le père ne rentre pas souriant et aimable de son travail, non la mère ne porte pas de jolie robe et ne sort pas de chez le coiffeur ou de la manucure, non les enfants ne reviennent pas en riant et jouant de l'école. Non rien de tout cela, rien de ce monde scintillant et un tantinet mensonger. Seule la peur, seule l'angoisse nouent les estomacs, maintiennent les sens en éveil (le moindre geste, le plus petite parole mal interprêtés et c'est le début de la violence) afin de prévoir les solutions de repli, raidissent les bras et rendent flageolentes les jambes. Quant à la tête et au coeur....ils sont en charpie.
Maxence et Slimane regardent leur mère devenir un fantôme, devenir un automate qui dissimule maladroitement ses bleus sous une tonne de maquillage. L'aîné et le benjamin, binômes inséparables, héros qui se voudraient supers afin de sauver les enfants massacrés sous les coups des adultes. Pourquoi ces souffrances? Pourquoi cette vie pas comme les autres? Pourquoi ce silence de la mère? Pourquoi protège-t-elle leur bourreau? Pourquoi ne peut-elle pas secouer ses chaînes et partir loin du cauchemar quotidien? Pourquoi? Pourquoi? Tant de questions restant sans réponse satisfaisante. Tant de silences douloureux et honteux...tant de gâchis.
Slimane a onze ans et son bâton de jeunesse, son guide est son grand frère Maxence, celui qui réussit tout à l'école, celui qui a une intelligence précoce, le frère qui sait expliquer le monde simplement, le frère qui rend clair ce qui est compliqué. Ce frère, ce héros, ce rebelle qui défit le père, qui sait ce qu'il vaut réellement, pas même un être humain, et qui lui fait peur. L'intelligence aiguë dérange, elle gêne et lorsque le monstre, le père, ne peut plus la regarder en face parce qu'elle est son juge, ce monstre n'a qu'une seule échappatoire, celle des lâches et des misérables: terroriser le plus petit, terrifier la mère afin que l'intelligence, hautement sensible, cède pour protéger ceux qu'elle aime. Jusqu'au jour où Maxence décide de partir au Pays sans Adultes, pendant que Slimane est au collège, l'angoisse au ventre. La nuit tombe brusquement sur leur vie, épouvantable manteau sombre et épais. Et si Slimane réussissait à suivre Maxence dans ce pays extraordinaire où rien de fâcheux n'arrive aux enfants! Seulement, la Providence existe lorsqu'un bourreau doit payer et qu'une victime est déjà un prix trop cher payé!
La TS de Slimane le conduit à l'hôpital, dans un service pour ados en quête d'un monde meilleur. Lentement, Slimane se reconstruit, doucement il réapprend à vivre en étant aux côtés de ceux qui ne le veulent plus et en allant visiter, la nuit, ceux qui combattent dans leur chair pour garder le faible fil de la vie. Souvent les mots mettent de temps à sortir, à s'habiller, à exprimer l'indicible, parfois un verrou saute et permet se sauver un être en désespérance.
Slimane parviendra-t-il à aller au-delà de sa souffrance, au-delà des muets et terribles reproches, ô combien fondés mais ô combien cruels, faits à sa mère? Réussira-t-il à résister à l'appel du Pays sans Adultes? Parviendra-t-il à se reconstruire et à aimer la vie?
Ondine Khayat avec "Le Pays sans adultes" entraîne son lecteur dans une lecture coup de poing, qui sonne et secoue les consciences! Le roman, récit de Slimane, est un crescendo d'angoisses, de frayeurs, vers l'inéluctable drame, noeud de la descente aux enfers des sentiments d'une famille détruite par la violence ordinaire, celle qui tue à petit feu, celle qui ravage et laisse une terre brûlée. Cette violence se déroule dans un milieu défavorisé mais elle est présente, aussi, derrière de belles portes et de jolis murs en pierres bourgeois. Il n'y a pas de déterminisme social dans cette violence conjugale et familiale....il n'y a que du déterminisme psychologique: l'enfant battu a de fortes probabilités de battre à son tour ses enfants ou sa femme, une fois adulte. Maxence et Slimane n'ont qu'une seule peur: celle de devenir comme leur père, ce monstre qui ne devrait pas exister mais que l'on protège par le silence.
Je n'aurais pas acheté d'emblée ce roman, le deuxième de l'auteur, et sans Chez les filles, je serais passée à côté d'un livre fort, intense et bouleversant dont on ne sort pas indemne: la violence dans l'intime, le privé est celle qui est le plus longtemps étouffée, une fois la porte et les fenêtres fermées, une fois le monde extérieur laissé derrière soi....tenue sous silence jusqu'au drame qui décille le regard.
J'ai aimé le fait d'aborder les situations douloureuses des adolescents et des enfants dont le seul recours est d'exercer une violence contre eux-mêmes. J'ai aimé la tendresse de l'écriture, l'optimisme latent derrière les mots et les scènes violentes, j'ai aimé la rencontre entre les écorchés, adultes ou enfants, de la vie que l'hôpital fait se côtoyer. Du service pédiatrique des petits cancéreux aux couloirs du service gériatrique, le combat est le même malgré leurs différents chemins: un seul et unique cri....j'ai besoin d'amour pour continuer à vivre!
Le tout est écrit sobrement, avec une sensibilité qui ne sombre pas dans le pathos ce qui n'en rend que plus beau ce roman!



Merci Suzanne pour ce roman qui restera longtemps ancré en moi!








11 commentaires:

cathulu a dit…

Un superbe billet ! Comme toi, sans Suzanne, je n'aurais pas découvert ce livre...

Karine :) a dit…

J'aime énormément ton billet! Un livre coup de poing duquel je serais aussi passée à côté sans Chez les filles!!!

Florinette a dit…

Je reviendrai lire ton article, car ce livre m'attend bien sagement sur ma table de nuit !
Je te souhaite de passer de très belles fêtes de Noël et de fin d'année Katell, bisous ! :-D

Aifelle a dit…

Tout pareil que Cathulu et Karine, ton billet est très complet et moi non plus je ne l'aurais pas découvert sans "chez les filles".

chiffonnette a dit…

C'est un déferlement! Je le lirai donc sans aucun doute!

Keltia a dit…

Si le livre est aussi poignant que ton billet, il y a des chances qu'il me plaise!

Praline a dit…

Comme toi, ce livre m'a vraiment impressionnée !

eSseL a dit…

Bonjour,
Un petit tour chez toi et j'en profite pour te souhaiter de passer d'agréables fêtes aux côtés des personnes qui te sont chères !
Bises,
eSseL

Mimienco a dit…

Je viens de le recevoir aussi! J'ai hâte de le lire!
Je te souhaite de joyeuses fêtes Katell!!

Katell a dit…

@cathulu: merci cathulu. Le survol de ton billet m'avait incité à me saisir du roman....après plus moyen de le lâcher :-) Une très belle découverte inattendue!
@karine :) : c'est ce que je me dis très souvent, sans Chez les filles je n'aurais même pas eu l'idée d'acheter ce roman! Je serai passée à côté d'une belle découverte.
@florinette: je te souhaite une très belle lecture avec "Le pays sans adultes" :-)
Joyeuses fêtes de fin d'année!
@aifelle: ce fut vraiment un beau cadeau que ce roman :-)
@chiffonnette: une déferlante enthousiaste ;-) Tu ne regretteras pas cette lecture si un jour elle croise ton chemin de lectrice!
@keltia: merci keltia, tu me touches beaucoup. Ce roman est vraiment très très beau.
@praline: une lectrice conquise de plus :-D
@essel: coucou Essel et merci d'être passée :-) Belles et joyeuses fêtes de fin d'année!
@mimienco: alors belle lecture en perspective!!!
Joyeuses fêtes de fin d'année à toi aussi :-D

Joelle a dit…

Comme toi, je ne serais pas allée chercher ce livre si on ne m'avait pas donné l'occasion de le lire ... je crois qu'il serait passé inaperçu et pourtant ... il est très beau :)