samedi 31 mai 2008

Rien ne nous quitte


En Galicie, terre rattachée à l'empire austro-hongrois depuis le partage de la Pologne, la famille Zemka, en la personne de Jozef, reconquiert un domaine fondé, au début du XVIIIè siècle, par un ancêtre noble, le comte Fryderyk Ponarski, puis racheté par une autre famille, les von Kotz. En épousant Clara von Kotz, Jozef Zemka part sur les traces de Fryderyk et connait une ascension rapide. Ainsi commence cette très belle saga familiale où l'ascension comme le déclin se fera au rythme des grands évènements historiques: la révolution de 1848 et les tensions annociatrices du désastre de la Guerre 14/18....tout ce qui construit l'histoire de l'Europe.
Jozef Zemka, à son grand désespoir, n'aura que des filles, Maria, Urzula, Wioletta, Jadwiga et Zozia, et se comportera avec sa famille comme un abominable tyran domestique. Les femmes n'ont comme horizon que la sphère domestique et sont réduites, de mère en filles et de filles en nièce, à attendre l'amour en épiant l'horizon des visites et des bals. Parfois l'amour frappe, incongru, à l'âge de la maturité et apporte la joie dans la plénitude d'une passion avec un jeune homme: c'est ce que vit Clara avec le précepteur de ses filles, Zygmunt Borowski. Clara se trouve, pour la première fois de sa vie, belle et intelligente aux yeux d'un homme et connait enfin le bonheur d'aimer et être aimée. D'ailleurs, le piano reprend du service puisque Zygmunt aime l'entendre jouer et que pour lui, rien que pour lui, elle renoue avec ses premières amours musiciennes.
Mais l'amour surgit aussi dans le coeur de jeunes filles à peine écloses, de jeunes filles qui, dans leur naïveté virginale, offre leur précieux trésor à l'homme qu'elles aiment pensant le gagner par le don de soi: Wioletta, la belle et farouche Wioletta aux pinceaux et fusains talentueux, se laisse prendre au piège en aimant ardemment le promis de sa soeur Urzula et en croyant qu'il la choisira au dernier moment! Las, mille et une fois hélas! Agenor Karlowicz, jeune homme indécis, indolent, inodore et sans saveur (c'est pourquoi, la lectrice que je suis se demande encore ce que Wioletta a bien pu lui trouver!), non content de déflorer Wioletta, ira consommer l'hyménée dans les bras d'Urzula et condamnera, inconsciemment, Wioletta à la pire opprobre: un enfant illégtime et la réclusion honteuse au coeur de l'univers domestique. Wioletta, qui aurait aimé étudier, apprendre, se voit considérer comme une fille perdue et est séparée à jamais de son enfant. Wioletta, une ombre vivante errant dans la maison, muette et transparente aux yeux des autres...d'ailleurs, lorsque Jozef reçoit, elle doit rester recluse dans sa chambre! Les années passent, le siècle meurt, un autre naît, au fil des saisons, des pluies, des chaleurs estivales, la famille s'agrandit, certains membres s'engagent dans le combat pour l'indépendance de la Pologne et se voient contraints à l'exil, d'autres demeurent et construisent l'avenir industriel grâce au sucre des betteraves! Les familiers changent: le médecin de famille, Salomon Weinberg, laissera place au prince Dubinski sur les conseils duquel Wioletta lira les carnets de bords de son grand-père et apprendra qu'une branche de sa famille paternelle appartint à la communauté juive avant de se convertir sous l'influence d'un certain Jacob Frank....au grand dam d'un Jozef vieillissant!
Diane Meur fait appel à une étrange narratrice: la maison du domaine qui derrière sa façade blanche et son fronton néo-classique, épie ses habitants. Elle est indiscrète, furète partout, inspecte de la cave au grenier, guette les échos de l'histoire, les bribes de conversations intimes. Elle est partout, voit tout et entend tout. Elle attise les passions et les envies et tissent les destins. Elle connaît les vivants mieux qu'eux-mêmes, elle garde au coeur de sa mémoire les ombres du passé, les fantômes qui vivent dans ses murs, oubliés depuis si longtemps par les vivants. Mais les vivants possèdent quelque chose que la maison n'a pas et qu'elle leur envie: leurs drames, leurs désirs et leur mobilité. Sous la plume de Diane Meur, au souffle romanesque éblouissant, le lecteur se trouve au coeur de la maison et l'accompagne dans ses observations: c'est l'odeur des épices, des plats et des vins ou celui des espoirs et de l'amertume d'un chagrin inconsolable, ce sont les saisons qui rythment la vie des habitants, la surprise éprouvée devant un rideau qui bruisse sous la brise estivale ou le craquement des boiseries un soir d'hiver apportant une note menaçante dans la nuit. On déambule dans les pièces qui ne changent pas, on écoute les conversations des batteries de cuisine, de l'argenterie, des rideaux ou encore du piano. On est l'âme de la maison, on respire la poussière odorante des années, des siècles, on est les souvenirs d'une époque, d'un mode de vie, des vies fragiles qui s'éteignent heureuses ou non et disparaissent dans les ombres de la maison.
Le thème de l'exil et de la perte de ce qu'on laisse derrière soi est également très fort: l'exil intérieur vécu douloureusement par Wioletta, l'abandon obligé de son enfant, l'exil de Maria en Turquie, l'exil religieux de Jadwiga dans sa cellule de nonne, l'exil de Tessa et sa famille vers les Etats-Unis dont la chute du roman amorce une réponse à l'interrogation "Qu'emporte-t-on avec soi lorsque l'on quitte la terre natale et perd-t-on tout ce qui nous a construit?". Une bien jolie réponse donnée par la narratrice.
Le foisonnement et les interactions entre les personnages principaux et secondaires donnent un souffle épique au roman digne d'un roman de Tolstoï et offrent un moment de grand bonheur de lecture!


"Sur l'arrière il y a le parc, les champs. les jours d'été, une brume de chaleur voile les collines et au-dessus des blés l'air tremble, habité de guêpes et de papillons. il y a les fermes aussi, dont les toits descendent si bas qu'à herbe haute, quand je n'en aperçois plus les fenêtres ni les portes, elles semblent de chastes jupes dont s'élève, en guise de torse, une mélancolique fumée.
Parfois les enfants de paysans viennent ici marauder une poire, une poignée de cerises. Du temps de Gavryl ils auraient reçu des pierres, des injures dans leur langue, peut-être la menace d'un rapport au bailli.(...) Sur l'avant c'est le portique à colonnade, l'entrée d'honneur, la grille qu'on ouvre grand aux jours de réception. A ma gauche s'alignent les soixante maronniers de l'avenue de la gare, laquelle m'est cachée par un repli de terrain. On la dit grandiose....." (p 9 et 11)




Ce livre a été lu dans le cadre du Cercle des Parfumés



13 commentaires:

Michel a dit…

Passionnant ! un très bon roman que j'ai lu goulument

Karine a dit…

Voilà le genre de roman qui devrait me plaire...

Gambadou a dit…

Mmmmm, un bon roman romantique ... je note

Grominou a dit…

Tague! :-D
http://jai-lu.blogspot.com/2008/06/la-gourmandise-est-un-vilain-dfaut.html

maijo a dit…

Tu me mets l'eau à la bouche, rien qu'à lire ton billet.

Lou a dit…

Voilà encore une bien belle critique de ta part ! Je l'ai en attente dans ma bibliothèque, dont il sortira certainement bientôt !

kathel a dit…

Encore un roman qui me tente ! C'est son côté "pavé" qui m'a arrêté pour l'instant... ;-)

Florinette a dit…

Cette saga passionnante, intrigante a été un joli coup de coeur, malgré son nombre de pages, je l'ai dévorée !! ;-)

Karine a dit…

Je ne connaissais pas du tout l'existence de ce livre... mais je suis définitivement charmée suite à ton billet!!! Je suis pas mal certaine que cette saga me plaira!

yueyin a dit…

mmmm que 'est tentant... je crois que je l'avais déjà rencontré au coin d'un blog mais là tu finis de me séduire :-))

Joelle a dit…

Il est noté mais au vu des extraits lus, qui ont l'air très descriptifs, il faut que je choisisse judicieusement le moment de le lire si je ne veux pas qu'il me tombe des mains ;)

Armande a dit…

Eh oui, je viens de dénicher ton billet sur ce roman. Moi, je l'ai découvert récemment dans les nouveautés en poche. C'est une magnifique saga familiale portée par une écriture d'une grande puissance et d'une grande sensibilité.

katell a dit…

@armande: et grâce à toi, je m'aperçois que je n'avais pas répondu aux commentaires! Une vraie honte :-( Je suis contente de constater que la vie en collection poche permet de faire rebondir ce superbe roman :-D
@joelle: mais non, ce n'est qu'une impression ;-) Les descriptions sont loin d'être ennuyeuses....bien au contraire!
@yueyin: j'espère que tu profiteras de sa sortie en poche pour te lancer dans cette belle lecture.
@karine:) : je suis certaine que ce roman t'enchantera!
@florinette: ce que l'on appelle de faux gros romans :-)
@kathel: ce n'est pas un pavé même s'il a beaucoup de pages!!! Il faut se laisser tenter :-)
@lou: j'imagine que tu l'as lu, non? A moins que comme moi avec "Kafka sur le rivage" tu repousses toujours la lecture à plus tard ;-)
@maijo: hihihi, le but est alors atteint!
@gambadou: il te plaira, j'en suis certaine :-)
@karine: à lire sans modération :-)
@michel: N'est-ce pas!!! Il se lit comme tu le soulignes, goulûment!!!