samedi 1 décembre 2007

Conte de fée d'aujourd'hui

De Van Cauwelaert je n'avais lu que "Les vacances du fantôme" que j'avais beaucoup aimé alors.

Quatrième de couverture:


"Que faire lorsque la femme de votre vie décide de vous quitter parce qu'elle vous aime? Comment sauver le couple de ses parents quand on a huit ans? Une fille à la dérive peut-elle devenir une fée parce qu'un petit garçon a décidé de croire en elle?"


Nicolas, inventeur de jouets et rêveur dans l'âme, est tombé amoureux dès le premier regard d'Ingrid et de son fils Raoul, dans une navette d'Air France. Depuis quatre ans ils vivent dans une harmonie totale, dans la bonheur absolu d'une famille unie par l'amour. Mais, un grain de sable vient gripper les rouages du bonheur. Ingrid décide de s'éloigner de Nicolas, pour qui pourquoi? Les réponses de l'épouse sont aussi déroutantes qu'improbables. Les arguments pleuvent, Nicolas déserte le lit conjugal pour se réfugier dans son bureau. Commence alors pour lui une longue période de doute, de renoncement pendant laquelle, plusieurs fois par semaine, il va faire des courses, plus inutiles et plus désespérantes les unes que les autres, dans un supermarché de Mantes. A la caisse, se trouve César, une belle jeune femme iranienne. Elle regarde les achats de Nicolas comme autant d'appels au secours et de preuves d'existence.
Commence alors une histoire à deux voix, une histoire de deux solitudes: celle de l'époux délaissé et désemparé, celle de la jeune réfugiée iranienne qui se bat pour pouvoir valider sa maîtrise de Lettres à La Sorbonne. En attendant, elle est caissière, s'exprime dans un français tellement correct qu'il en est désuet, et résiste aux assauts séducteurs de son supérieur hiérarchique. De silence en silence, l'improbable va se produire: Nicolas et César se rencontrent, se racontent et s'apprécient. César est-elle la fée qui recollera les morceaux du couple et donnera les ailes du rêve à un enfant de huit ans? Disons, que grâce à son regard extérieur elle saura mettre Ingrid face à sa vérité: sa peur de rendre malheureux l'homme de sa vie et son petit garçon en cas de disparition était irrationnelle et inutile...on n'éloigne jamais la douleur de la perte même pour protéger l'amour que l'on porte à ses proches.
Un roman où les personnages secondaires sont croqués sans concession avec leurs qualités et leurs défauts, reflets et produits de notre société: les collègues de travail de César sont murées dans leur jalousie et leur haine de ce que leur chef leur fait subir, le chef est un écoeurant et répugnant macho de bas étage, imbu de son minable pouvoir, un odieux petit rasciste idiot se croyant intelligent, les copains de banlieue voyous intolérants et bagarreurs pensant être investis d'une mission, agaçants certes mais moins odieux que le chefaillon, les collègues d'Ingrid intellectuels perdus dans leurs recherches, la mère d'Ingrid casse-pieds au possible mais finalement marrante, les héritiers de l'ancien patron de Nicolas qui tentent de le dépouiller (huummm la famille, ça peut être fantastique!).
Un conte de fée moderne, auquel on peut ne pas adhérer, rafraîchissant, tendre et tout en sensibilité accompagné d'humour joyeux et grinçant. De situations cruelles peuvent découler de merveilleuses issues: la chute est convenue, certes, mais agréable! Ca fait du bien de croire aux belles choses qui peuvent arriver!


12 commentaires:

Joelle a dit…

Je n'ai jamais rien lu de cet auteur qui a pourtant publié un bon petit nombre de romans. Pourtant quand j'ai eu l'occasion de lire les résumés de ceux-ci, j'ai la sensation qu'ils se ressemblent tous !

Karine a dit…

Est-ce que c'est cet auteur qui a écrit "l'évangile de Jimmy"?? Je l'ai chez moi depuis une éternité mais n'ai pas vraiment le goût de le lire... Peut-être que celui-là me tenterait davantage!

rennette a dit…

moi également je n'ai pas le goût de le lire ; j'ai lu deux livres de cet auteur et je n'accroche pas vraiment !
j'essaierai à l'occasion d'une rencontre en rayon .. pour voir... les goûts évoluent tant !

maijo a dit…

En ce moment je survole un peu les critiques de livres. Mais dès que j'arrête de bricoler, je viens m'asseoir avec un bon thé et mon calepin pour noter toutes tes belles trouvailles.

yueyin a dit…

Encore un auteur que je n'ai pas encore lu... mais ça a l'air sympa :-)

cathulu a dit…

Les premiers étaient très drôles et agréables à lire, ensuite,j'ai décroché ...

Loba a dit…

C'est le premier livre de cet auteur que j'avais lu. J'avais apprécié son écriture, ses personnages tellement humains. J'ai continué à lire d'autres ouvrages de DVC (Cheyenne, L'évangile selon jimmy...) mais je m'en suis lassée

Anne a dit…

Encore un conte de fée dans la blogosphère ;-)))
Plusieurs déceptions avec cet auteur: je n'ai plus aucune envie de le lire.

Emeraude a dit…

Je n'ai lu que "corps étranger" de cet auteur et j'avais bien aimé !
Pourtant, les autres ne me tentent pas plus que ça
Karine, c'est en effet lui qui a écrit "l'évangile de Jimmy".

Katell a dit…

@joelle: c'est ce que beaucoup disent...mais est-ce que cela a le même charme que chez Modiano? je ne m'avancerais pas ;-)
@karine: je ne sais pas mais Loba et emeraude le confirment!
@rennette: si au bout de deux romans, la mayonnaise ne prend pas...mieux vaut passer je crois
;-)
@maijo: contente de te lire :-D bon bricolage...cette période de l'Avent doit atteindre des sommets de temps passé à bricoler!
@yueyin: moi, je trouve agréable ce que j'ai lu de lui! Cependant, je n'en lirais pas trop d'affilée.
@cathulu: comme je n'en ai lu qu'un avant celui-ci, je n'ai pas eu de lassitude vis à vis de son écriture.
@loba: tu rejoins le sentiment général à ce sujet: son écriture lasse au bout d'un moment. Donc, lecture à dose homéopathique?
@emeraude: ton avis, c'est la cerise sur le gâteau ;-) je vais laisser pas mal de temps avant d'en relire un autre :-D

maijo a dit…

Des sommets, oui. Bises.

chiffonnette a dit…

Je viens juste de le terminer!! Une lecture sympathique!