lundi 2 juillet 2007

Le principe de Frédelle

J'ai lu moult commentaires élogieux au sujet de « Mangez-moi » le dernier roman d'Agnès Desarthe et je n'avais qu'une envie: découvrir son univers romanesque (en effet, je connaissais ses textes de littérature jeunesse, sublimes, eux aussi!). C'est chose faite grâce au Swap littéraire et à Moustafette!
Que dire en dehors du fait que je suis littéralement tombée sous le charme de l'exquise écriture d'Agnès Desarthe? Une écriture tout en sensation, en images dignes des plus belles peintures impressionnistes, une héroïne délicieusement décalée et naïve. Les ambiances et les atmosphères sont décrites de telle manière que l'on a l'impression d'être au coeur du récit, d'être aux côtés de Frédelle.
Frédelle est une jeune femme, psychologue scolaire, devenue veuve un mois après son mariage. Elle est seule dans une grande maison, où les travaux à peine commencés se sont arrêtés, et à la tête d'une très grande fortune.Elle se retrouve seule et en train de vivre des situations déstabilisantes qui la fragilise. Depuis quatre ans, elle promène sa solitude, son chagrin, son mal être entre sa maison, froide et triste, et l'école où elle s'occupe d'Irwin.
Frédelle a quatre hommes dans sa vie: son défunt mari, Dimitri, son père Sarkis, son banquier Victor Hugo Espinoza et Harold, rencontré à la bibliothèque.
Frédelle entend des voix, celles de la maison. Frédelle est toujours à l'écoute des autres et du monde, ses oreilles sont un inépuisable réceptacle pour les paroles d'autrui. Ces voix, entendues peut-être en raison de du grand désarroi affectif dans lequel elle se trouve, sont le reflet d'une certaine rupture avec la réalité. Frédelle se réfugie dans le fantasme des vies intérieures de ces voix, ces âmes qui ont vécu, avant, dans la maison.
Peu à peu, le lecteur comprend ce qui relie ces hommes à Frédelle et s'interroge sur la frontière entre le rêve et la réalité.
Par petites touches subtiles, Agnès Desarthe met des mots sur les actes indignes comme sur les plus belles émotions. La tromperie est une blessure insidieuse et douloureuse qui fera ouvrir, enfin, les yeux à Frédelle et lui fermera les oreilles pour lui montrer le chemin à suivre. Les errances de son âme s'achèveront comme pour lui permettre de devenir enfin adulte et se reconstruire.


Quelques extraits:


« Le ruissellement contait à Frédelle des histoires de rivières souterraines, d'enfants perdus dans la forêt, de grenouilles s'accouplant sur les rives glissantes, de martins-pêcheurs embusqués dans les branches, leur bec au tranchant de poignard prêt à s'enfoncer dans la chair glacée de poissons furtifs. Le soleil miroitait en taches, découpé par les feuilles, des semelles écrasaient les brindilles, les insectes s'enfonçaient dans la boue. Le vent, l'écho du vallon, un coucou. » (p 51)


« Le ciel était d'un beau gris épais, une capsule de zinc posée sur les toits rouges des maisons. Le vert des rares feuilles persistantes était exalté par la lumière fantomatique, diffractée dans les minuscules goutelettes d'eau en suspension dans les airs. La sauge et son velours amande, le thym et son vieux vert costaud, le romarin et son vert gris olivier, le laurier et son vert arrogant, son vert impérial en fait. Armée de ciseaux, elle taillada le bois des tiges; la sauge était la plus douce, coupée à l'aide de l'ongle du majeur appuyé contre la chair du pouce. Après avoir disposé les quatre petits paquets, dont l'odeur était encore inhibée par le froid, sur le perron, elle les contempla un instant, se demandant si une formule magique s'imposait. » (p 136-137)
On a lu ce roman ici puis .

18 commentaires:

Clarabel a dit…

Je suis ravie que tu aimes autant Agnès Desarthe ! Moi aussi j'apprécie beaucoup cet auteur, et je te souhaite de découvrir ses autres romans !
Ils sont tous disponibles en poche, à part le "Mangez-moi".
Bon, je ne parle même pas de sa liste de romans publiés en jeunesse ... :p
Tu as de quoi lire, encore !!!

BelleSahi a dit…

J'ai lu "les bonnes iontentions" et "Mangez-moi" et je dois dire que même si Agnès Desarthe écrit bien je n'ai pas trop accroché à ces livres. Et puis je l'ai entendu parler une fois à la radio et je dois dire qu'elle m'a un peu agaçée... comme si elle s'écoutait parler.

BelleSahi a dit…

Ses !!! Pfffuuuuuu !

sylire a dit…

Je l'ai dans ma PAL ! Chic ! J'avais beaucoup aimé "mangez-moi"

Gambadou a dit…

Je n'ai lu que "mangez moi" et j'ai beaucoup aimé. Je note tout de suite celui là

Anne a dit…

Je suis moi aussi heureuse devant ton enthousiasme pour A.Desarthe, que j'aime beaucoup. Par contre, je ne connait ses livres pour la jeunesse.

maijo a dit…

Encore une auteure que je ne connais pas. Je la note.

Malice a dit…

Je l'ai noté, moi qui a bien aimé "Mangez moi", j'ai envie de lire d'autres livres d'elle.
@Bellesahi : je suis assez entièrement d'accord avec toi !!!

Katell Bouali a dit…

@clarabel: je connaissais ses écrits pour la jeunesse mais je n'avais encore rien lu d'elle en littérature "adultes". Je suis ravie par ce premier roman et je vais partir en quête des suivants!
@bellesahi: avec "Le principe de Frédelle" j'ai accroché tout de suite et ses descriptions très proustiennes des sensations olphactives et visuelles m'ont enchantée.
@sylire: tente l'aventure avec celui-là, je suis certaine que tu aimeras.
@gambadou: tu ne le regretteras pas.
@anne: à la rentrée prochaine, je ferai quelques billets sur des albums qu'elle a écrit. Ils sont superbes!
@maijo: je suis certaine que tu as lu des albums d'elle avec tes loulous, elle collabore souvent avec l'illustratrice Anaïs Vaugelade.
@malice: tu goûteras avec plaisir aux aventures de Frédelle.

Mme patch a dit…

Moi je brûle d'impatience pour pouvoir m'acheter "Mangez-moi"...il a un tel succès sur les blogs...j'espère ne pas être déçue ;o))

cathulu a dit…

Je crois que celui-ci est mon préféré, j'ai beaucoup aimé ce personnage décalé.

Katell Bouali a dit…

@mme patch: moi aussi je suis impatiente de lire "Mangez-moi". Pour éviter une éventuelle déception, je pense qu'il faut oublier que l'on a une envie furieuse de lire ce titre ;-) Plus facile à dire qu'à faire :-S
@cathulu: Frédelle m'a beaucoup émue et plu, le côté décalé est touchant et tellement dans l'ordre du possible!

Flo a dit…

"Mangez-moi" sort en poche en août !! J'aime beaucoup l'auteur elle-même et j'avais adoré l'écouter parler lors d'une rencontre à ma librairie mais je dois encore découvrir une bonne partie de son oeuvre !

Katell Bouali a dit…

@flo: c'est noté!! Quelle bonne nouvelle: "Mangez-moi" en poche en août!!!! Merci pour l'info :-D

papillon a dit…

Que ta critique est tentante ! depuis que j'ai lu "Mangez-moi" je rêve de relire Agnès Desarthe. J'aime bien son univers.

Katell Bouali a dit…

@papillon: son univers est superbe et d'une variété infinie d'images. Bref, à lire et encore à lire!

Moustafette a dit…

Ravie et pas étonnée que cette lecture ait été moins laborieuse que celle que t'a infligé Quignard, et que l'univers de l'auteur t'ait enchantée. J'ai aussi bcp aimé "un secret sans importance"
Et merci à Flo pour l'info poche, je vais enfin découvrir "mangez-moi"!

Katell Bouali a dit…

@moustafette: je vais me procurer "Un secret sans importance" puisqu'il est paru en poche. Et j'attends de pied ferme la sortie de "Mangez-moi"! Merci encore pour cette aventure littéraire qui m'a réjouie!