samedi 15 mars 2008

D'Oslo à Sydney

Harry Hole, inspecteur de police à Oslo, atterrit en Australie à Sydney suite au meurtre d'une jeune ressortissante norvégienne. Harry Hole fera équipe avec Andrew Kensington, inspecteur à l'étrange statut issu de la minorité aborigène. Ensemble, ils se lancent sur les traces d'un serial-killer au cours d'une enquête qui les emmènera dans les coins reculés d'Australie, les bars interlopes de Sydney, les antres new-age apparues sur les vestiges de la génération "peace and love" des hippies.
On fait connaissance non seulement avec l'Australie, vue par un européen du nord, mais aussi et surtout avec le héros récurrent: l'inspecteur Harry Hole. On apprend que ce dernier a été envoyé en Australie afin de se racheter une bonne conduite. Suite à une course poursuite qui s'est achevée par une collision au cours de laquelle son coéquipier meurt, il est établi qu'Hole était sous l'empire de l'alcool au moment de l'accident. Harry Hole s'en sortira et deviendra abstinent.
Seulement, il est des situations extrêmes qui peuvent faire replonger l'abstinent dans la spirale infernale de l'alcool. Ainsi en sera-t-il pour notre inspecteur d'Oslo qui ne vit plus que dans un brouillard alcoolisé et avec une "gueule de bois" quasi permamente. Cependant, on ne peut s'empêcher de l'apprécier ce Harry Hole: on devine son opiniâtreté, son humanisme, son désir de vérité et sa capacité à aimer. En effet, Jo Nesbo nous présente tout sauf un super héros, un super policier au flair infaillible, aux idées claires et nettes, mais un homme, tout simplement, avec ses défauts et ses qualités. Un homme qui sait qu'il faut voir au-delà des apparences, au- delà des faits immédiats, au-delà de l'arbre qui cache la forêt. Il sait qu'un fil conducteur peut l'amener dans le sillage du meurtrier en série. Harry Hole s'intéresse aux seconds couteaux, aux témoins les moins importants, guidé par le récit de quelques légendes aborigènes, récits qui peu à peu l'aideront à comprendre la vérité qui se cache souvent sous l'évidence. Une galerie de portraits jalonne l'enquête, personnages hauts en couleurs comme le clochard, parachutiste déclassé pour alcoolisme, le clown travesti et un peu magicien, la prostituée sagace et réaliste, le gardien de l'aquarium, les policiers d'une ville perdue dans le bush australien.
Aux côtés d'Andrew Kensington, Harry, comme le lecteur, apprend que l'Australie s'est érigée sur l'accaparement des terres aborigènes, peuple aux civilisations multiples, que ce pillage a été le fait des premiers colons aux gloires peu brillantes (c'était des criminels, des bagnards) qui peu à peu ont assis une société nouvelle. Puis le rejet total des indigènes a conduit à enlever les très jeunes enfants à leur mère pour les élever dans des orphelinats d'état (j'avais eu cette information dans un roman policier de Philip McLaren) afin de tenter leur intégration dans la société australienne. Peu à peu, on se rend compte que ce pays neuf et pourtant empreint du passé ancestral aborigène, est confronté à l'archaïsme religieux du puritanisme anglo-saxon et à l'esprit de liberté: l'idéologie hippie côtoie le conservatisme le plus oppressant, Sydney accueille la plus grande communauté homosexuelle et le bush profond l'honnit....et les surfeurs beaux, musclés et bronzés croisent les "ploucs" arriérés des campagnes, les plages sont certes sublimes mais l'océan infesté de requins, les bushs sublimes de solitude et d'horizon infinie mais les rivières infestées de crocodiles voraces.
Dans ce pays-continent, terre de contrastes, Harry Hole se débat dans une enquête scandée par une légende aborigène, celle de Walla, le chasseur, Moora, sa fiancée et Bubbur, le serpent: la sanglante réalité de l'enquête est l'echo du triangle de la légende, une histoire d'amour et de mort.
Une rencontre littéraire qui me faisait un peu peur car j'avais lu beaucoup d'avis positifs sur les blogs....et j'avais pu voir l'auteur au Festival des Etonnants Voyageurs à St-Malo l'an dernier. Au final, aucune déception et une belle rencontre avec ce Harry Hole attachant.... "Rouge gorge" attend dans ma bibliothèque que je le lise!

Roman traduit du norvégien par Elisabeth Tangen et Alexis Fouillet

Une interview de Jo Nesbo ICI

Ils l'ont lu aussi: FrédériqueB polarweb bouquin yueyin



9 commentaires:

Karine a dit…

Je suis bien tentée par cet auteur, surtout s'il y a un héros récurrent... Est-ce que ce livre est le premier de la série??? Ca semble vraiment intéressant, en tout cas... un univers carrément inconnu jusqu'à présent!

Katell a dit…

@karine: oui c'est le prmeier de la série...c'est pour cela que je n'avais toujours pas lu "Rouge gorge" acheté depuis plusieurs mois ;-)

moustafette a dit…

Tu mets le pied dans un engrenage certain...
Ce Harry Hole est un de mes chouchou

cathulu a dit…

J'avais bien aimé le décalage entre personnages nordiques et australiens !

Katell a dit…

@moustafette: hélas oui...et en plus je suis consentante ;-D
@cathulu: ce décalage m'a beaucoup plu aussi!

Gachucha a dit…

J'ai lu, et aimé, ce titre, il faudrait que je poursuive avec le second titre !

Joelle a dit…

Je l'avais déjà noté mais je n'avais pas noté le titre suivant ! Voilà, c'est fait !

Jean-Marc Laherrère a dit…

Avant Rouge-Gorge il y a "les cafards" qui se déroule en Thaïlande. Il est peut-être un peu moins réussi que le premier, et surtout que rouge-gorge qui est excellent.

Ceci dit, on peut lire les deux premiers indépendamment. Ensuite, il vaut mieux suivre l'ordre, rouge-gorge ayant des répercussions dans plusieurs des suivants.

Katell a dit…

@gachucha: conquise aussi à ce que je lis!
@joelle: de quoi garnir les étagères ;-)
@jean-marc: merci pour toutes ces précisions :-D