samedi 28 avril 2007

Une heure en enfer


"Sous les bombes"

Roman de guerre très étonnant, construit comme une pièce de théâtre classique : unité de temps, de lieu et d'action. L'auteur,Gert Legig, nous emmène sous le feu des bombes américaines et nous fait découvrir toutes leshorreurs subies par les civils. Il nous entraîne dans les caves suantes de la terreur des civils, dans le ventre des blockhaus avec les soldats désorientés et désabusés, dans les airs avec un aviateur descendu en flamme. Dans les caves, une panoplie de réactions extrêmes... la scène du viol d'une jeune fille est saisissante d'horreur et de survie (la chute de cette scène est morale). Chaque acte de cette pièce tragique est scandé par les lettres, voix d'outre tombe : celles des morts du bombardement. Elles apprennent au lecteur l'avant de cet instant brûlant et bruyant. Et c'est l'Allemagne vaincue qui saigne, qui geint et supplie. Cette fin de guerre fut atroce pour tout le monde et la présence fugace des prisonniers russes affamés, squelettiques, annonce la découverte des camps de concentration.Un point de vue allemand très intéressant et très poignant.
Roman traduit de l'allemand par Cécile Wajsbrot

4 commentaires:

BelleSahi a dit…

Oh non pas en ce moment ! Je ne pourrais pas. ça doit être un livre très dur.

Katell Bouali a dit…

@bellesahi: je confirme, c'est une lecture très difficile. Aussi, ce roman est-il à lire à un moment où la vie n'est pas trop "plombante". Cependant, ce roman est très beau, très bien écrit et montre une facette de la Seconde guerre mondiale souvent occultée ou omise.

patch a dit…

Tu as dans le même style, le témoignage d'Helga Scnheider "L'incendie de Berlin" ou elle raconte sa propre histoire, cachée dans les caves, quand les russes ont investient Berlin...

Katell Bouali a dit…

@patch: merci pour ton conseil de lecture. Je vais partir en quête de ce titre lors de ma prochaine sortie à la médiathèque. J'aime la littérature allemande et j'essaie d'en lire dès que l'occasion se présente.