vendredi 11 mai 2007

5ème Prix des Lecteurs du Télégramme # 10


"Je viens de tuer ma femme" d'Emmanuel Pons


Le roman commence ainsi:
« Je viens de tuer ma femme. Ce qui m'ennuie, c'est les faire-part.Je dois absolument les écrire avant d'aller à la gendarmerie. Evidemment, je n'ai plus de timbres. Je lui avais pourtant demandé d'en acheter. En prévision. »


Je me suis dit, tiens, voilà un auteur qui ne fait pas dans la dentelle, qui ne va pas par quatre chemins! Il croque un personnage intéressant: ironique, froid, avec un humour grinçant mais de bonne facture.
La lecture se déroule tranquillement. Je jubile en constatant que le héros de simple criminel dérive, sans prévenir, vers le « serial killer ». Les situations sont cocasses, arrivent presque naturellement, tellement naturellement que le héros demeure sympathique. Le comble de la drôlerie survient lorsque Manu Pons (ah! Les joies de l'auto-fiction à la française) avoue le meurtre de sa femme Sylvie à son voisin, Raymond Langlois, et que ce dernier se met à lui décrire celui qu'il a commis envers son épouse, le plaisir qu'il en a éprouvé puis qu'il lui fait visiter son jardin fleuri (sous chaque parterre, un morceau de son épouse repose!): on nage en plein délire et c'est diablement amusant.
Sauf que, peu à peu, je trouve que l'auteur en fait un peu trop dans le langage « cool » et décontracté. Il en fait trop à vouloir utiliser une prose moderne et j'ai eu l'impression de lire de la prose facile et sans éclat.
L'argument, au demeurant intéressant et drôle, est desservi au fil de l'histoire par l'outrance des situations et des propos. Du coup, ça lasse, la lecture devient légèrement fastidieuse. Cependant, le moment passé avec les personnages n'est pas désagréable, loin de là.
Je me suis laissée emporter dans l'univers intérieur de Manu Pons, artiste parisien venu s'installer dans la campagne normande (un cliché???), s'étant bien intégré dans le village où certains habitants peuvent être horripilants par leur trop plein de gentillesse.

L'amour conjugal est un mystère: le désamour peut inciter à commettre des gestes irréparables, des regrets et se transformer à nouveau en amour profond envers le conjoint. Attirance, amour, répulsion, haine et amour: un cercle qui n'apporte que de rares réponses toujours inattendues! Les « entretiens » qu'a Manu avec feue son épouse Sylvie sont souvent truculents: l'introspection de Manu fait revenir à la surface les qualités de cette dernière ainsi que certains regrets.

Le développement personnel fait fureur même dans ce village perdu de Normandie et apporte d'étonnantes solutions, rebondissements nécessaire à l'histoire de cette quête de soi.

17 commentaires:

Gambadou a dit…

Au début j'étais enthousiaste par ton post, et puis ... je crois que je vais faire l'impasse sur celui là !!!

Florinette a dit…

J'hésite encore, car je sens que, malgré tout, tu as passé un bon moment, ça reste une lecture plaisante..

maijo a dit…

Une bise en passant... Non, je crois que je vais passer sur celui-là.

Allie a dit…

J'y vais un peu comme Gambadou... J'allais justement écrire le même commentaire, quand j'ai vu le sien ;)

Moustafette a dit…

Tu es plus enthousiasme que moi. Le début m'a bien plu et ensuite j'ai un peu décroché au point que je ne me souviens plus comme il se termine !

Moustafette a dit…

Bon, je cause mal la france ce soir ! (enthousiaste et comment)

cathulu a dit…

J'hésite aussi. On verra s'il me tombe sous les yeux...

BelleSahi a dit…

Le monstre ! Je ne suis pas sûre là...Bonne journée Katell !

Katell Bouali a dit…

@gambadou, florinette, allie, moustafette et cathulu: parmi la sélection du prix 2007, c'est le seul titre à m'avoir laissée non pas indifférente, mais peu enthousiaste. Pour avoir discuté avec la bibliothécaire, tous les abonnés l'ayant lu n'ont pas été convaincus. Donc, c'est qu'il doit y avoir quelque chose dans le roman à "coincer". En effet, les lecteurs en question sont tous très différents dans leur attirance littéraires!
@bellesahi: je te l'accorde, un côté monstrueux du personnage qui peut bloquer l'envie de lire le roman.
@maijo: merci d'être passée...bises et bonne journée en famille ;-)

Katell Bouali a dit…

@moustafette: je ris car on ne peut pas dire que le petit individu devenu grand (?) par sa nouvelle fonction "cause bien la france" dans ses discours! Arrivée le soir, en fin de semaine, j'ai aussi tendance à appauvrir ma syntaxe!

anjelica a dit…

Bon en ce moment j'ai besoin de douceur donc je passe mon tour !

BelleSahi a dit…

Et bé ! j'ai répondu à tout tes commentaires !! Pffffuuuuuu quel boulot !!!
Je plaisante bien sûr !!! J'ai été ravie de le faire ! Bonne soirée !

Katell Bouali a dit…

@anjelica: je te comprends! Bises pleines de douceur :-)
@bellesahi: j'ai été un peu bavarde ce matin ;-P

BelleSahi a dit…

Non tu t'es intéressée à chacun de pes posts ! Merci !

BelleSahi a dit…

mes !!!!

Babelle a dit…

Celui-là il me le faut!
Je l'inscris sur mes tablettes.

Katell Bouali a dit…

@bellesahi: :-D
@babelle: un bon moment de lecture à l'humour grinçant!