jeudi 17 mai 2007

Orgueil et préjugés


Ayant vu le film « Orgueil et préjugés » à sa sortie, avant d'avoir lu le roman de Jane Austen, j'avais un peu peur de ne rien avoir à découvrir. C'était sans compter avec le formidable style de Mme Austen et son talent pour décrire et croquer personnages et société.
Dès les premières lignes, le lecteur est envoûté par le rythme des phrases, le vocabulaire recherché et le style unique de l'auteure.
Très vite, sans s'en apercevoir, elle embarque son lecteur dans la lenteur, la mesure de la vie campagnarde des bonnes familles anglaises. Le temps s'étire, s'allonge, accélère un tantinet avant de reprendre son doux cours.
Le personnage principal du roman est ce fameux « entail », cette loi (inique?) anglaise écartant les femmes de la succession d'un domaine s'il n'y a pas d'héritier direct. Le domaine échoit, alors, au parent mâle le plus proche!
La famille Bennet se trouve dans cette délicate situation juridique (et économique): pas de fils, uniquement des filles! L'unique souci de Mme Bennet est de bien marier ses filles afin qu'elles ne se trouvent démunies de tout. Cependant, comme la famille est loin d'être riche, l'établissement des filles est loin d'être acquis (en ces temps où le montant de la dot attire comme fait fuir les prétendants!). L'idée fixe tourne à l'obscession.
Et Jane Austen de croquer, à la pointe mordante de sa plume ironique, les stratagèmes et les méandres de la société bourgeoise (et aristocratique) pour établir, le plus avantageusement possible, les filles de famille. Les jeunes filles et les mères sont de retors stratèges où le fiel se dispute à l'égoïsme ou à la moquerie: les remarques délicieusement assassines fusant dès que l'occasion se présente.
Les bals sont les événements marquants de la vie sociale campagnarde: ils sont un vivier de prétendants! Au cours de l'un d'eux, Elizabeth Bennet et sa soeur Jane (tiens, donc, Jane!) vont rencontrer Mr Darcy et Mr Bingley. Autant entre Jane et Bingley de tendres sentiments naissent très vite, autant entre Elizabeth et Darcy la verve des échanges semble de mise. Un duel de bons mots, de phrases bien à propos, d'impertinences mesurée, s'installe entre les deux jeunes gens. Rapidement, le lecteur comprend que les agaceries et défiances mutuelles de ces derniers ne sont que le prélude à une idylle.
Ce qui est délicieux chez Austen c'est sa capacité à mettre en scène les préjugés de classe sociale, les rigidités codifiées et à les démonter, peu à peu, au fil de l'intrigue, au fil des intrigues du roman. L'orgueil de chaque protagoniste fera souffrir l'autre mais aussi lui ouvrira les yeux sur une réalité occultée par les divers préjugés menant le menuet de l'existence. Les allusions aux relations conjugales sont fugaces mais percutantes: le regard d'Elizabeth sur le couple formé par ses parents est sans illusion et lui ouvre la voie vers le choix qu'elle fera. Entre une mère frivole, inconséquente par manque d'instruction (plus que par manque d'éducation) et un père parfois méprisant vis à vis de son épouse, Elizabeth se veut une jeune fille déterminée, raisonnable et sachant ce qu'elle veut et ce qu'elle ne veut pas. Elle est indépendante tout en étant respectueuse des normes sociales...tant que celles-ci restent respectables!
Chaque personnage pèche par orgueil et en souffre: Jane à vouloir sans cesse rester maîtresse d'elle-même et de ses sentiments est perçue comme une jeune fille indifférente aux sentiments de Bingley, Elizabeth à vouloir raisonner et chercher la faille en arrive à ne plus voir au-delà des apparences et Darcy parvient par son appent mépris à se faire détester.
Elizabeth, fil rouge de ce roman, jeune fille ironique et d'une vive intelligence qui porte l'histoire. Elle est à la fois au coeur de l'action et à l'extérieur: elle joue et observe son univers, elle mène l'histoire et est menée par cette dernière en même temps.
L'écriture de Jane Austen subjugue, happe, enveloppe et envoûte par les minuscules fenêtres qu'elle ouvre sur l'âme humaine, sur les menus et grands travers de ses semblables: sa plume fait mouche à chaque estocade et est empreinte d'une grande sensibilité. Alors, le sujet qui pourrait être mièvre est sublimé par son écriture fluide, belle, imagée et sensuelle et devient plus qu'une simple histoire d'amour.

L'avis de Bénédicte  

24 commentaires:

cathulu a dit…

"les rigidités codifiées", c'est tout à fait ça !

maijo a dit…

Il est déjà sur ma liste. tu ne m'en donnes que plus envie.Bon vendredi (travaillé ou non).

Anne a dit…

Et une convertie de plus ;-D

Leeloo a dit…

Il est sur ma liste deuis quelques temps déja et tu me donnes envie de le lire encore plus rapidement ;-)

Caroline a dit…

Quelle belle critique, elle me donne encore plus envie de lire ce roman qui est sur ma LAL.

chiffonnette a dit…

Tu viens de tomber dans le piège Austen! Rassure-toi, jamais tu n'en sortiras!! J'ai essayé, ça ne marche pas même en courant très vite!
Effectivement, la plume de Mlle Jane est fascinante, sa capacité à subjuguer son lecteur et à décrire la société britannique folle. Heureuse que tu ais aimé. Et merci pour cette belle critique d'un de mes romans préférés.

Morwenna a dit…

Une magnifique critique...sur un livre qui ne l'est pas moins! je découvre ton blog et je sens que je vais revenir souvent... A bientôt!

Malice a dit…

Oui moi aussi je suis envouté par le style le charme de Jane Austen car après Orgueil et préjugés je viens de lire Raison et sentiments.

rachel a dit…

ouah...je pense que c le meilleur...bin lala faut que tu cours regarder celui avec Colin Firth et Jennifer Ehle...4h30 de bonheur...et vraiment c le bouquin a la ligne pret..;o)...bin euh c peut-etre celui qui tu as vu...alors je comprends ta critique!!

Cuné a dit…

Quel plaisir de te lire... Si juste, si élégamment exprimé....soupir... j'ai bien envie de le relire, tiens !! :-D

BelleSahi a dit…

Lu et adoré ! Quel article !

Katell Bouali a dit…

@cathulu: n'est-ce pas, lol!
@maijo: j'en suis ravie. J'ai fait le pont (pour une fois...mais on a rattrapé 2 mercredis pour la peine!)
@anne: une de plus, tu ne peux pas mieux le dire.
@leeloo: et tu le liras quasiment d'une traite car une fois lancé on n'a pas envie de refermer le roman! Seuls les yeux qui piquent le soir donnent le signal pour glisser le marque-page.
@caroline: merci caroline et vite, remonte le roman en haut de la LAL ;-)
@chiffonnette: eh bien voui! Complètement piégée la Katell, mais avec délices :-D
@morwenna: bienvenue dans mon petit univers et merci pour tes gentils mots. A très très bientôt et au plaisir de te lire.
@malice: ce sera un des mes prochains Jane Austen!...je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin.
@rachel: J'ai vu le film sorti il y a 2 ans. Je note les références que tu me donnes pour pouvoir regarder si la médiathèque l'a.
@cuné: merci cuné et bonne future relecture ;-D
@bellesahi: merci Isabelle :-D

Cuné a dit…

Hé bien en fait ce matin j'ai reçu de la part de Miss Chimère l'intégrale des épisodes de la BBC !! Yiiiihaaa !! Pas pu résister à en regarder le premier épisode, et c'est absolument merveilleux. Je le relis donc, à l'écran ;o))

Florinette a dit…

Toujours sur ma liste, mais a voir l'engouement que génère Jane Austen, je pense que ce livre viendra très vite gonfler ma PAL !

chiffonnette a dit…

La version BBC est un vrai délice. A savourer en vo avec une tasse dethé et quelques scones!

Hilde a dit…

J'ai été également envoûtée par Orgueil et préjugés. J'entends parler d'une version BBC avec du thé et des scones? Est-ce qu'il y a une projection de prévue quelque part?!

Lilly a dit…

tu modères tes commentaires ou le mien n'est pas passé ? Je disais qu'il fallait que tu voies la série de la BBC !

Katell Bouali a dit…

@cuné: hélas pour moi, je ne parle ni comprends l'anglais...dommage!
@florinette:et tu ne le regretteras pas une seule seconde!
@chiffonnette: un tea time littéraire en somme ;-)
@hilde: oui de scones, du thé et Austen. C'est chimère qui a des cassettes de la BBC et cuné les a en prêt.
@lilly: je ne modère pas mes commentaires et blogger a du faire un caprice. Chimère a les cassettes de la série dont tu parles. Si seulement cela existait en français...

Lilly a dit…

Ca existe en français :

http://www.amazon.fr/Orgueil-pr%C3%A9jug%C3%A9s-DVD-Colin-Firth/dp/B000DJBHCS/ref=pd_bbs_sr_1/402-6029731-5077719?ie=UTF8&s=dvd&qid=1179587682&sr=8-1 (mais va plutôt à la FN**, sur amazon, ils vendent la version sans sous-titres...)

Le must, c'est la version collector : http://www.amazon.fr/Orgueil-pr%C3%A9juges-Collector-3-DVD/dp/B000ICMFR6/ref=pd_bbs_sr_5/402-6029731-5077719?ie=UTF8&s=dvd&qid=1179587682&sr=8-5 (avec reportage sur la vie d'Austen et les sous titres cette fois ! )

rachel a dit…

et bin j'ai bien hate de voir ce que tu as pense...juste pour anecdote...Helen Fielding, pour Mark darcy dans son fameux livre "bridget jones", c servi de colin firth dans le role...du comte d'Arcy..;o) tu vas tout de suite comprendre...et tu verras surement les fortes similitudes!! ;o)

Sandrine a dit…

Austen quand on commence, on ne peut plus s'arreter. C'est mon ile-refuge quand je veux une lecture "legere" mais pas superficielle, de l'humour et de la sagacite.

Tout aussi fleur bleue mais beaucoup moins gnan gnan, si je peux me permettre, que les soeurs Bronte, que j'aime beaucoup par ailleurs mais dans un autre registre.

Superbe revue de lecture en tous cas, si je n'etais pas deja accro avec ce commentaire tu precipiterais ma chute !

whiterose a dit…

J'ai adoré ce roman de Jane Austen, l'un de ses plus grands romans, l'histoire, le style, la facon dont Jane Austen dépeint la société sont étonnants, un des plus grands romans de la littérature anglaise, et l'un de mes romans préférés

Lau(renceV) a dit…

Très beau billet ! Tellement juste. Très beau livre aussi qui m'a donné envie de poursuivre ma découverte de l'univers austenien.

Bénédicte a dit…

je viens de terminer ce roman dont l'écriture m'a ravie mais je n'ai pas encore vu les adaptations Je te laisse un lien vers mon article si cela t'intéresse Merci de me laisser tes commentaires lorsque tu passeras me voir
http://pragmatisme.over-blog.fr/article-orgueil-et-prejuges-jane-austen-47662934.html